A Guide to Sites, Museums, and Memory

Le cimetière d’esclaves de l’Anse Sainte-Marguerite Guadeloupe, France

Slave burial ground of Anse Sainte-Marguerite
Le cimetière d’esclaves de l’Anse Sainte-Marguerite.

L'existence, sur l'actuelle plage de l'anse Sainte-Marguerite, d'os humains fragmentés par la mer et la menace d'une destruction lente du cordon littoral sont à l'origine d'une opération archéologique qui s'est déroulée de 1997 à 2002.

Un vaste cimetière a été mis au jour par une équipe d'archéo-anthropologues. Cet ensemble funéraire recouvrait un site amérindien. Cependant, la présence de sujets allongés sur le dos, dans des cercueils en bois a permis, sans aucun doute, de le rattacher à la période coloniale. Son étendue et sa conservation exceptionnelles, avec une estimation à plusieurs centaines de tombes permirent de proposer un programme axé sur les pratiques funéraires et les traitements réservés aux défunts, mais aussi sur l'analyse de l'état sanitaire de la population.

La présence de ce cimetière sur une plage, éloigné d'un lieu de culte, dans une région où dominait la culture de la canne à sucre suggérait qu'il s'agissait d'un cimetière d'esclaves. A la fin du XVIIIe siècle, près de 90% de la population était composée d'esclaves au nord de la Grande- Terre.

Utilisé entre la deuxième moitié du XVIIIe siècle et au XIXe siècle, les défunts provenant de plusieurs habitations y furent ensevelis.

Deux secteurs ont été mis au jour par les fouilles archéologiques. Au sud, les orientations de tombes étaient très aléatoires avec l'utilisation de cercueils dans un peu moins que 50% des cas. Cette désorganisation a pu être interprétée comme le fait qu'avant la première abolition (1794) le baptême ne concernait pas tous les esclaves, alors qu'il était recommandé par le Code Noir. Au nord, en revanche, le rite chrétien était particulièrement bien respecté comme l'attestent des tombes bien orientées avec la tête à l'ouest, ainsi que la présence de quelques objets religieux comme des chapelets.

L'origine africaine des sujets est démontrée par certaines caractéristiques morphologiques du squelette, ainsi que des atteintes dentaires chez certains individus. Les mutilations dentaires, comme des dents antérieures taillées en pointe, correspondent à certains rites de passage dans des populations d'Afrique de l'ouest. Cette pratique culturelle était strictement interdite dans les colonies. Leur présence signifie que ces sujets étaient nés en Afrique et qu'ils avaient été déportés au moment, ou après leur adolescence.

Les différentes études biologiques ont permis de mettre en évidence des atteintes dues à des travaux pénibles et une très forte présence de la tuberculose qui résultent d'une mauvaise hygiène et de conditions de vie particulièrement défavorables.

Ce cimetière, bien que n'ayant n'a pas été totalement exploré, constitue un site majeur pour la connaissance de l'esclavage dans les Caraïbes. Il est actuellement le mieux documenté de toutes les Antilles. (Patrice COURTAUD)

Le cimetière d'esclaves de l'Anse Sainte-Marguerite fait partie de La Route de L'esclave-Trace-mémoires en Guadeloupe, organisée par le Conseil Général de la Guadeloupe.


Related Topics: