A Guide to Sites, Museums, and Memory

L’Habitation Murat Guadeloupe, France

Sugar refining complex, Murat Plantation, Guadeloupe
La sucrerie de l'Habitation Murat, Guadeloupe.

Le fondateur de cette sucrerie est probablement Antoine Luce, un notaire d'origine champenoise arrivé à Marie-Galante en 1657. En 1665, l'habitation compte déjà 11 esclaves âgés de 9 à 36 ans.

En 1807, Dominique Murat, originaire d'Aquitaine, époux d'une créole marie-galantaire, achète la propriété. Il la dote de nouveaux bâtiments. L'habitation sucrerie, désormais connue sous le nom de " Bellevue La Plaine ", devient une puissante unité productrice.

En 1807, 114 esclaves y sont affectés, et ce nombre triple en deux décennies, puisqu'ils sont 307 en 1839 (175 femmes, 132 hommes), ce qui en fait un des " ateliers " les plus importants de Guadeloupe quelques années avant l'abolition. Les " esclaves à talents ", ouvriers, maçons, charpentiers, ont participé avec l'appoint d'artisans européens et de libres de couleurs à la construction des bâtiments dont on voit aujourd'hui les vestiges, très fortement restaurés dans les années 1960, alors qu'il était question de construire un hôtel.

L'habitation comporte les bâtiments usuels d'une sucrerie, le ou les moulins (ici un moulin à bêtes et un moulin à vent), la sucrerie proprement dite et ses annexes, les bâtiments domestiques. La qualité de la maçonnerie en pierre de taille, l'écusson du moulin à vent portant les initiales et le nom du maître, la date de construction (1814), témoignent d'un évident savoir-faire.

L'originalité de l'habitation ne tient pas à l'opposition entre la " grande maison ", celle où habitent les maîtres, et les cent cases, depuis longtemps disparues, montées sur poteaux en bois et couvertes en paille où en 1839 logeaient la plupart des esclaves, mais à l'architecture néo-classique de la maison des Murat. Si le plan est sans doute dû à la famille, la connaissance des modes architecturales du temps est évidente chez les maîtres-maçons affranchis, ou les maîtres-charpentiers, qui pour beaucoup ont appris le métier en tant qu'esclaves.

L'Habitation Murat fait partie de La Route de L'esclave-Trace-mémoires en Guadeloupe, organisée par le Conseil Général de la Guadeloupe.


Related Topics: